Toxicité de la pâte polymère : Mythe ou réalité ?

Publié par Allison le

Sur internet on trouve tout et n’importe quoi, de vraies informations et des fausses. Le problème avec les fausses informations c’est qu’elles se transmettent aussi bien que les vraies. En effet, si une fausse information est relayée par une personne puis par deux, puis par dix, puis par cent, elle peut rapidement devenir « vraie » ou en tout cas légitime vis à vis de ceux qui la recherchent. Qu’en est-il de la toxicité de l’argile polymère ? Est-ce avéré ou est-ce une fausse information qui s’est transmise et est donc devenue un mythe ? Nous allons y répondre dans cet article.

Allison Cohade

Par Allison Cohade

Infos ou intox ?

Internet regorge d’informations, aujourd’hui il est plus facile et plus rapide de demander une définition à google plutôt que d’ouvrir un dictionnaire ou une encyclopédie pour la chercher. Cependant, on est en droit de se poser la question suivante : la véracité des informations est-elle la même pour ces deux supports ? La réponse est NON, bien entendu. Un dictionnaire, une encyclopédie ou un livre sont des supports rédigés par des professionnels et des experts de leur domaine. Par conséquent, les infos qu’on y trouve ont statistiquement beaucoup plus de chance d’être exactes que sur internet où aujourd’hui tout le monde peut écrire et où les informations ne sont pas forcément mises à jour.

Sur de très nombreux groupes facebook spécialisés sur la polymère, sur les forums dédiés à notre chère pâte je vois régulièrement des débutantes demander de confirmer si, comme elles ont pu le lire sur internet, l’argile polymère est toxique. Elles sont littéralement affolées par cette notion de toxicité, se demandent s’il est prudent de réaliser des bijoux qui eux aussi, une fois portés, seront toxiques… Pour rassurer tout de suite tout le monde, je peux vous assurer que cette idée de toxicité de la pâte polymère est un mythe. Enfin presque car en réalité cela n’a pas toujours été le cas.

Définition de la toxicité

Pour celles et ceux qui ne le savent pas, avant de devenir polymériste j’étais ingénieur en biologie. J’ai travaillé durant 10 ans dans des laboratoires de recherche en France et en Belgique sur des sujets aussi passionnants que les plantes aromatiques, le sida ou les cancers. Je me suis ensuite reconvertie dans un domaine complètement différent mais au combien passionnant également : celui de l’argile polymère. Je suis devenue créatrice de bijoux puis professeur de bijoux en pâte polymère pour les débutantes et les intermédiaires. En 2015, j’ai eu l’opportunité de travailler pour une marque qui fabriquait, entre autre, de la pâte polymère. Ils recherchaient quelqu’un capable de rédiger les fiches sécurités de leurs produits. J’ai été embauchée et ai donc réalisé ce travail sur 4 ou 5 mois. J’ai donc eu accès aux compositions des différentes pâtes polymères et je peux vous assurer que, pour cette marque là, aucune substance toxique ou irritante n’était présente dans les différentes gammes de pâte. Par conséquent, l’addition de ces substances, donnait un résultat parfaitement sûr d’un point de vue toxicité.

Je vais en quelques lignes vous expliquer les différences entre les termes toxique, nocif, irritant…
En terme de sécurité (que ce soit pour les travailleurs qui fabriquent les produits ou pour les usagers qui utilisent le produit final), nous utilisons différents termes afin de qualifier les dangers. De plus chacun de ces termes possède un degré de dangerosité plus ou moins élevé en fonction d’un numéro qui lui est attribué.
Les termes utilisés sont les suivants :

Nocif - Irritant - Sensibilisant

Sensibilisant : Un composé sensibilisant peut entraîner des allergies ou des crises d’asthme.

Exemples de substances sensibilisantes : Le méthacrylate de méthyle…

Nocif - Irritant - Sensibilisant

Irritant : Les substances irritantes pénètrent par contact direct, prolongé ou répété avec la peau ou les muqueuses. Elles provoquent des démangeaisons, des rougeurs de la peau ou de l’inflammation.

Exemples de substances irritantes : Les acides dilués et de base tels que l’acide chlorhydrique, l’eau de
Javel, l’acétone…

Nocif - Irritant - Sensibilisant

Nocif : Un composé nocif peut s’avérer dangereux en cas de dose élevée.
Il pénètre par la peau, l’inhalation ou l’ingestion.

Exemples de composés nocifs : Le xylène, le toluène, le styrène, le chlorure d’ammonium…

Corrosif

Corrosif : Une substance corrosive peut affecter les tissus vivants par contact. Elle peut endommager la peau et les muqueuses et peut causer des blessures graves. Certaines substances sont corrosives pour les métaux.

Exemples de substances corrosives : L’acide sulfurique, l’acide chlorhydrique, l’hydroxyde de sodium…

Danger à long terme

Danger à long terme pour la santé : Il est question de substances toxiques, cancérigènes qui peuvent nuire à la division cellulaire, au matériel génétique et au développement d’un enfant à naître. Les effets peuvent se manifester des années plus tard.

Exemples : le méthanol, le benzène, le toluène, le chlorure de méthylène, le mercure, le monoxyde de carbone, l’oxyde d’éthylène…

Danger Toxique

Toxique : Les composés toxiques ou très toxiques sont :
• dangereux pour la santé même s’il s’agit de petites quantités.
• peuvent entraîner la mort.
Ils pénètrent par la peau, l’inhalation ou l’ingestion.

Exemples de substances toxiques : Méthanol , toluène, mercure, plomb, nicotine, monoxyde de carbone, cadmium, mort aux rats, pesticides.

Dangers pour l'environnement

Danger pour l’environnement : Substances qui peuvent causer des dommages à l’environnement, la faune et la flore. Les déchets et résidus doivent être placés dans un conteneur à déchets séparé et être déposés au recyclage.

Enfin il y a les catégories « Explosif », « Inflammable » et « Comburant », mais qui ne nous concernent pas dans cet article axé sur les risques potentiels de la polymère sur la santé.

Vous voyez que le terme toxique employé dans le vocabulaire de tous les jours est un terme exagéré lorsque l’on parle de polymère (et même des produits de tous les jours). Manipuler de l’argile polymère en petite ou grosse quantité ne vous fera pas mourir. De la même façon, la polymère n’est ni dangereuse à long terme, ni corrosive, ni nocive. En revanche, elle peut être irritante ou sensibilisante chez certaines personnes sensibles à des substances particulières au même titre qu’une personne peut être allergique au pollen.

Chimie Toxicité

Pas adaptée aux enfants

L’argile polymère n’est pas adaptée aux enfants. En effet, vous pourrez voir sur les paquets (ou sur les fiches de sécurité) que les marques de pâte polymère préconisent un âge en dessous duquel le produit ne doit pas être utilisé :

  • 8 ans pour Fimo et Pardo.
  • 14 ans pour Sculpey.
  • 16 ans pour Kato.

Cette information peut faire peur mais en fait il faut savoir qu’elle est obligatoire car la pâte polymère n’est pas un jouet. Les produits qui entrent dans la catégorie « jouet » subissent des tests particuliers et spécifiques (qui coûtent d’ailleurs très chers). Les marques d’argile polymère ne testent pas leurs pâtes selon ces critères là. Afin de faire comprendre cela au grand public les marques doivent obligatoirement faire apparaître la mention « Ceci n’est pas un jouet » et l’âge à partir duquel elles estiment que l’enfant sera capable d’utiliser leur produit sans se mettre en danger. Il est donc bon de rappeler aux parents, grands-parents, institutrices d’écoles maternelles, animateurs en centre de loisirs… que l’utilisation de la pâte polymère avec des petits de moins de 8 ans est de leur responsabilité. S’il se produit un accident (telle une maladie déclenchée par l’ingestion de polymère), ils en seront les seuls responsables vis à vis de la loi.

2006, un tournant

Pour votre culture personnelle, sachez qu’avant 2006, des phtalates étaient présents dans la composition des argiles polymères. Or, certains phtalates ont été classés comme substances cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques (c’est à dire dangereuses à long terme) par l’Agence Européenne des Produits Chimiques. Leurs effets portent essentiellement sur la fertilité, le développement du fœtus et du nouveau-né. Ces phtalates sont également suspectés d’être des perturbateurs endocriniens. Reste à savoir quels étaient les phtalates présents dans la composition des pâte polymères de l’époque et quelles étaient leurs doses afin de pouvoir véritablement juger du potentiel de dangerosité qu’elles présentaient. Je pense qu’il s’agissait d’autres phtalates que ceux répertoriés par l’Agence Européenne des Produits Chimique et qu’ils ont été retirés simplement par principe de précaution. Toujours est-il que toute trace de phtalate a disparu des argiles polymères depuis 2006, vous pouvez donc sereinement acheter et travailler votre pâte polymère.

La polymère est-elle toxique ?

Comme j’ai pu vous le démontrer tout au long de cet article, la réponse à cette question est non, la polymère n’est ni toxique, ni dangereuse à long terme, ni corrosive, ni nocive. Ceci dit, il y a 2 moments dans le processus de fabrication de votre objet en argile polymère où vous devez être très vigilants. Il s’agit de la cuisson et du ponçage -polissage.
En effet, notre pâte est faite pour être cuite à une température spécifique (130°C pour toutes les marques, exceptée la Kato qui cuit à 150°C). Or si vous augmentez drastiquement cette température (jusqu’à 174°C pour être précise), des vapeurs très irritantes peuvent se dégager de la pâte. Vous devriez vous en rendre compte rapidement car vous devriez sentir une odeur acre et de brûlé et ressentir des picotements dans la gorge. Si cela arrive, ne paniquez pas : éteignez votre four et ouvrez toutes les fenêtres afin de créer un courant d’air dans votre pièce. Sortez de la pièce, le temps que les vapeurs s’évacuent à l’extérieur. Soyez donc attentifs à la température à l’intérieur de votre four. Ayez toujours un thermomètre de four afin de vérifier tout au long de la cuisson que la température ne dépasse pas celle recommandée par le fabriquant.

Concernant le ponçage et le lustrage il ne s’agit pas de quelque chose de spécifique à l’argile polymère mais à tout ponçage et lustrage de matières dures (bois, métal, plastiques…). Portez un masque anti-poussières et des lunettes de protection afin de protéger vos yeux et votre système respiratoire des poussières engendrées par le ponçage et le polissage.

De manière générale les poussières sont considérées comme gênantes ou dangereuses pour la santé, elles ont pour effet :

  • Une gène respiratoire (poussières dites inertes, c’est-à-dire sans toxicité particulière)
  • Des effets allergènes (asthme causé par la farine)
  • Des lésions au niveau du nez (rhinites, perforations de la cloison nasale, cancer de l’ethmoïde)
  • Des effets fibrogènes (prolifération de tissus conjonctifs au niveau des poumons (silicose, sidérose…).
  • Des effets cancérigènes (au niveau pulmonaire pour l’amiante, nasal pour le bois…)

NB : les poussières présentent la caractéristique de fixer les molécules gazeuses irritantes ou nocives présentes dans l’atmosphère de travail, ce qui a pour effet d’aggraver leurs nocivité.

Si vous poncez vos pièces en polymère à la main ET à l’eau, les poussières sont capturées par l’eau, elles ne volent pas dans l’atmosphère et ne sont donc pas dangereuses. Mais si vous poncez à la main sans eau (avec des abranet par exemple), à la dremel ou avec n’importe quel appareil il est très important de porter un masque. Vous avez d’ailleurs dû vous rendre compte qu’après un ponçage nous sommes couverts de poussières. Imaginez tout ce qui rentre par le nez et est piégé par vos poumons (beurk !!!). Idem pour le polissage, qui est plus insidieux car les poussières engendrées sont tellement fines qu’elles ne sont pas visibles à l’oeil nu.

J’espère que cet article vous aura rassuré et qu’il aura démystifié certaines informations erronées. N’hésitez pas à me poser vos questions en terme de sécurité, je me ferai un plaisir d’y répondre.


15 commentaires

Pimousse · 1 novembre 2018 à 14 h 09 min

Merci de vos renseignements.

    Allison · 1 novembre 2018 à 16 h 36 min

    Avec grand plaisir !

Christiane · 1 novembre 2018 à 19 h 47 min

A ma connaissance, la pâte polymere est du PVC. Les unités appelées monomères lient entre ellea la cuisson: elles polymérisent à pour donner le polymère appelé PVC très stable et non toxique. Les monomères peuvent être toxiques et volatiles d’où l’intérêt de la cuisson dans un.lieu ventilé et de ne pas porter les doigts à la bouche. Ceci explique la nécessité de se laver correctement les mains après usage, de réserver des objets à cet usage et de surveiller les enfants au contact de la pâte.
Néanmoins, cette pâte nous procure beaucoup de plaisir

    Allison · 2 novembre 2018 à 10 h 33 min

    Les pâtes polymères sont effectivement constituées de Polychlorure de vinyle (PVC) mais aussi de plastifiants, de charges inorganiques et de pigments. Tous ces éléments n’ont aucun effet néfaste sur la santé ou l’environnement pris individuellement. Leur mélange présente, par conséquent, également un risque nul pour la santé et l’environnement. La cuisson n’est pas nocive si la température du fabricant est respectée, ceci dit, une odeur apparaît lors de la cuisson. Cette odeur peut être plus ou moins gênante en fonction de la sensibilité de chacun. Personnellement, je crains les odeurs de cuisson des pâtes donc j’aère toujours lorsque je fais mes cuissons, même en hiver. Eviter de mettre les doigts à la bouche est un conseil de précaution (surtout pour les enfants) car comme je l’explique dans l’article, l’ingestion des pâtes n’est pas testée puisqu’elles ne rentrent pas dans la catégorie des jouets. Ce qu’il faut comprendre c’est que ce n’est pas parce qu’un produit est inoffensif pour la santé qu’il faut le consommer. On ne mange pas un bout de sa table ou de sa chaise ou ses plantes ornementales. Pour la polymère c’est pareil.

Sofi Guilot · 1 novembre 2018 à 21 h 52 min

Vraiment un excellent article, fouillé et très bien expliqué et documenté une vrai référence en la matière. Un grand merci !

    Allison · 2 novembre 2018 à 10 h 21 min

    Merci Sophie ! Si cela peut aider, j’en suis ravie.

Liligui · 3 novembre 2018 à 8 h 51 min

Un grand Merci Allison pour cet article qui répond complètement à toutes les questions que j’ai pu me poser ou que l’on m’a posé ou auxquelles je n’avais pas forcément de réponse.

    Allison · 3 novembre 2018 à 9 h 58 min

    Avec plaisir !!!

Bouclettes · 5 novembre 2018 à 17 h 28 min

Bonjour Alison,
Travaillant dans la prévention des risques au travail, je ne peux que vous féliciter et vous remercier pour cet article 😉
Si seulement on trouvait un peu plus d’articles aussi justes et documentés sur internet…
Bonne soirée 🙂

    Allison · 6 novembre 2018 à 0 h 22 min

    Merci beaucoup, cela me fait très plaisir. En tant qu’ancienne scientifique et responsable hygiène et sécurité dans des laboratoires de recherche universitaires je crois que j’ai gardé un côté très « curieuse du fonctionnement ». J’aime savoir, comprendre, comment fonctionnent les choses et aller au delà. C’est notamment ce que je veux pour ce blog : proposer des articles de qualité qui vont plus loin que ce qu’on peut trouver partout sur le net sur la polymère.

Fabienne · 6 novembre 2018 à 5 h 54 min

Un grand merci Allison ! J’avoue que depuis quelques temps je commençais a avoir un cas de conscience à ce sujet… « C’est bien ou c’est pas bien ??? » 🤔
Me voilà donc plus sereine pour continuer mon activité ! 😉

    Allison · 6 novembre 2018 à 8 h 28 min

    Tu peux continuer sereinement oui, avec bien sûr quelques précautions comme te laver les mains après l’usage pour ne pas en ingérer, mais ça c’est évident 😉

annie · 16 juillet 2019 à 21 h 24 min

très bel article ,mais il est souvent dit de ne pas cuire dans le four « alimentaire » s’il est bien ventilé après cuisson y a t il nocivité pour les aliments ?(je précise que je cuits toujours mes pièces dans une boite en carton hermétique ) il n’en est pas question dans l’article
merci de me donner l’info

    Allison · 17 juillet 2019 à 6 h 25 min

    Bonjour Annie, Si vous cuisez vos pièces dans une boîte fermée alors les dépôts de plastifiants se font sur les parois de votre boîte et n’atteignent pas votre four. Dans ce cas, il n’y a aucun soucis à utiliser votre four alimentaire. Une ventilation de celui-ci après cuisson est effectivement une bonne idée afin d’enlever les odeurs de cuisson mais soyez rassurée vos aliments ne risquent rien.

La pâte polymère, c’est quoi ? – Planète Polymère · 25 novembre 2018 à 16 h 37 min

[…] La pâte polymère utilisée correctement n’est pas toxique. Allison Cohade, ingénieure en biologie a écrit un article très intéressant sur le sujet : « toxicité de la pâte polymère : mythe ou réalité ? », voici le lien de l’article : https://www.allisoncohade.com/toxicite-pate-polymere-mythe-ou-realite/ […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *